Cliquez sur la carte pour vous situer

Les communes de l'est du pays pressées de passer au vert

Le 19 octobre 2017 à 12:15

Advenue du dimanche 15 Octobre au lundi 16 Octobre, la rencontre rassemblant plusieurs wilayas autour de Constantine a pour objectif de sensibiliser à l’urgence d’adopter les énergies renouvelables comme alternative aux énergies fossiles.

Hier et avant-hier, soit lundi et dimanche derniers, le centre de formation administrative de Constantine (CFA) a abrité une rencontre régionale de sensibilisation aux énergies renouvelables. Organisé par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, en collaboration avec le Centre national des études sur les énergies renouvelables, le conclave a réuni des cadres venus de 17 wilayas de l’est du pays. Un public constitué de chefs de daïra, de secrétaires généraux de daïra et d’APC ainsi que de représentants d’opérateurs agissant dans le domaine des énergies renouvelables ou encore de représentants de secteurs d’activités concernés par l’introduction des énergies renouvelables.

Cette rencontre, la deuxième du genre tenue en moins d’une année, s’est voulue une action de sensibilisation à l’urgence et à l’importance d’adopter les énergies renouvelables comme alternative aux énergies fossiles. Dans une conjoncture marquée par la crise des recettes des hydrocarbures, l’urgence est dictée par le besoin pressant de faire des économies dans les dépenses publiques en général, et en particulier réduire la facture des dépenses en énergie que paient les collectivités locales. L’importance dans le recours aux énergies renouvelables réside dans l’obligation de maîtriser le coût d’exploitation des équipements sociaux et autres infrastructures publiques.

Elle réside aussi dans l’intérêt de participer aux efforts de protection de l’environnement et de ne pas hypothéquer l’avenir écologique des nouvelles générations. Les autorités locales sont appelées à limiter, progressivement, le recours au raccordement au réseau usuel d’électricité de tout équipement social pour lequel il est possible d’utiliser des sources d’énergies renouvelables, essentiellement le solaire.

C’est le cas de l’éclairage public, de celui des aires de jeux, des jardins, des fronts de mer en été, des résidences d’été. Des objectifs quantifiables seront arrêtés pour chaque collectivité, et un tableau de bord sera adopté afin de suivre les performances par collectivité et par secteur d’activité.

À rappeler qu’en parallèle à cette rencontre sur les énergies renouvelables, Constantine a abrité, durant la même période et toujours au CFA, une autre rencontre sur la démocratie participative. Toutes deux tenues en présence du wali de Constantine et du directeur de la formation du ministère de l’Intérieur.

Article publié par le CDER, partenaire SoMed.