Cliquez sur la carte pour vous situer

THERMIQUE

-

CSP

RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT

INSTITUTIONNEL

ENTREPRISE

MAROC

La construction de Noor III en marche

Le 07 décembre 2016

Article publié par Econostrum.info

Des piliers en attente de leurs miroirs, d'autres déjà pourvus, une tour centrale... Le chantier de Noor III à Ouarzazate, baigné par plus de 300 jours de soleil par an, prend forme. Alors que Noor 1 vient d'entrer en exploitation en février 2016, Noor II, dont la construction a débuté au second trimestre 2015 sera opérationnelle fin 2017. Tout comme Noor III lancée simultanément. 
Située dans le prolongement immédiate des phases I et II du complexe de centrales solaires, cette extension marque une évolution par rapport à ces deux prédécesseurs. 

Noor I et II utilisent des miroirs paraboliques CSP (pour Concentrated Solar Power – Centrales solaires thermodynamiques à concentration). Noor III utilisera aussi la technologie CSP mais avec l'appui d'une tour. Cette troisième phase comportera 7 400 miroirs de 178 m² (un terrain de tennis). Baptisés héliostats, ils fonctionnent comme les tournesols en captant le soleil puis en le dirigeant vers un capteur au niveau de leur propre pilier. Qui livrera cette énergie à la tour-réceptrice de 243 mètres qui domine le site.

Le CSP vise à rassembler l'ensemble des rayons solaires pour les réfléchir sur un point focal. Cette chaleur transportée dans un bâtiment technique transforme, sous son effet, de l'eau brute déminéralisée en vapeur d'eau. Elle alimente une turbine qui fait tourner un générateur produisant de l'énergie électrique. « Nous fonctionnons comme une centrale classique, mais le soleil remplace les énergies fossiles », commente Rachid Bayed, directeur de la réalisation (Masen). 

L'avantage de cette technologie CSP sur les centrales photovoltaïques (Solar PV) reste la possibilité de stockage. Des bacs de sels fondus (mélange liquide de nitrate de sodium et nitrate de potassium) conservent cette électricité, comme un thermos. Si Noor I (CSP cylindro-parabolique 160 MW de capacité brute) pouvait stocker l'énergie produite pendant 3 heures, Noor II (CSP cylindro-parabolique 200 MW) pendant 7 heures, Noor III (CSP Tour 150 MW) pourrait atteindre les 8 heures. 

« Deux process fonctionnent en parallèle : la production pour le stockage et la production pour le réseau électrique», explique Mustapha Sellam, directeur du site Noor Ouarzazate en charge de la maintenance et de l'exploitation. 

Avec un don réalisé via la Facilité d’investissement pour le Voisinage (FIV), l'Union européenne a engagé 106,5 M€ sur les trois premières phases de ce projet. La Banque européenne d'investissement (BEI), comme chef de file des financeurs européens pour NOOR I et II, a prêté 217,5 M€. Avec les concours de l’Agence Française de Développement (AFD) et de la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW), le financement total européen atteint les 1,2 mrd€, soit 60% du montant global du projet. 

L'aventure Noor se poursuit. Après Noor III, les prochains investissements s'effectueront sur Noor Tata (CSP + PV), Noor Laâyoune (PV), Noor Midelt (CSP + PV), Noor Boujdour (PV). Sans oublier, bien entendu, Noor IV Ouarzazate (photovoltaïque – 70 MW).

 

Source: http://www.econostrum.info/La-centrale-solaire-Noor-Ouarzazate-III-sort-de-terre_a22444.html