Cliquez sur la carte pour vous situer

PHOTOVOLTAÏQUE

INSTITUTIONNEL

FORMATION

Le soleil au service de la conservation de la biodiversité dans les parcs naturels

Le 09 août 2017

Dans l’Ahaggar et le Tassili n’Ajjer, une démarche innovante de gestion collaborative des ressources a été initiée par le projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystèmiques dans les parcs culturels en Algérie». 

Elle repose sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une plateforme multi-acteurs dont les composantes opérationnelles sont : (i) les accords de gestion collaborative de ressources, (ii) les programmes d’écodéveloppement, et (iii) les comités de suivi et de gestion collaborative.

En favorisant un « apprentissage par l’action », des opérations pilotes sont identifiées, financées, et mises en œuvre par le projet dans divers domaines (l’amélioration de la gestion pastorale, la promotion des énergies renouvelables, la valorisation des espèces locales, la sauvegarde des savoirs faire locaux,…etc.).

Pour rappel, cette approche a été privilégiée durant la première phase du projet (2005-2009), durant laquelle des programmes visant à intéresser les populations à mieux conserver les ressources locales tout en améliorant leurs conditions de vie ont été menés.

Parmi ces programmes, de vastes opérations d’équipement en énergie solaire ont été réalisées au profit des populations locales sous la forme de kits solaires mobiles pour foyers nomades et semi nomades, et de pompes solaires pour les puits de parcours.

La seconde phase du projet (2014-2019) a entériné cette dynamique, en y apportant les améliorations nécessaires à travers la démarche de gestion collaborative des ressources. Désormais, il est question d’un écodéveloppement dans son acception la plus élargie ; l’impact positif apporté aux populations locales par l’amélioration de leur cadre de vie, est doublé d’un bénéfice plus global accordé à la recherche nationale dans le domaine des énergies solaires.

C’est dans cette perspective que le choix a été fait d’engager ER2 (Etudes et Réalisations en Energies Renouvelables), filiale du centre du développement des énergies renouvelables (CDER) comme prestataire pour la fourniture, l’installation des équipements solaires dans le cadre du projet. Deux contrats de service sont alors signés pour deux exercices 2015 et 2016 entre la direction nationale du projet et ER2 ; ils ont porté sur 88 kits solaires mobiles pour foyers nomades et semi nomades et 15 pompes solaires pour équiper des puits de parcours.

Pour leur part, les offices nationaux des parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer, également directions locales de gestion du projet, ont accompagné ces opérations par un travail minutieux d’identification des bénéficiaires conformément à la démarche de gestion collaborative, et par un appui logistique lors des réalisations sur le terrain.

Le bilan de ces opérations fait état de l’équipement en pompes solaires de 8 puits de parcours dans les sites prioritaires du projet dans le parc culturel de l’Ahaggar (3 à TEFEDEST, 3 à TAESSA, et 2 à SERKOUT), et de 7 puits de parcours dans les sites prioritaires du projet dans le parc culturel du Tassili n’Ajjer (1 à TIHODAINE, 2 à MEDDAK, 2 à ANHEF, et 2 à IHERIR-TORSET). Concernant les kits solaires individuels pour foyers, 40 familles ont été équipées dans les sites prioritaires du projet dans le parc culturel de l’Ahaggar (16 à TEFEDEST, 14 à TAESSA, et 10 à SERKOUT), et 48 familles dans les sites prioritaires du projet dans le parc culturel du Tassili n’Ajjer (16 à TIHODAINE, 16 à MEDDAK, 8 à ANHEF, et 8 à IHERIR-TORSET). Enfin, s’il est prématuré de mesurer l’impact de ces opérations sur les bénéficiaires et sur la préservation de la biodiversité, il n’en demeure pas moins que l’effet positif sur les conditions de vie des populations concernées est incontestable, alors que l’emplacement des pompes solaires est choisi de façon à bénéficier aussi pour la faune sauvage.

Article publié par le CDER, partenaire SoMed.